Influenza aviaire – Élévation au niveau de risque élevé

Le risque d’infection des élevages d’oiseaux (volaille et autres oiseaux captifs), par le virus de Influenza aviaire étant au niveau élevé, tous les détenteurs marnais doivent enfermer leurs oiseaux.

Le bureau santé et protection des animaux du Pôle services vétérinaires de la Marne dans un courrier daté du 6 novembre 2020 adressé aux maires de la Marne précise :

Le risque d’infection des oiseaux en élevage, par le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) comporte 3 niveaux : négligeable, modéré, élevé (cf. arrêté ministériel du 16 mars 2016 modifié, relatif au niveau de risque épizootique en raison de l’infection de l’avifaune par un virus de l’IAHP et aux dispositifs associés de surveillance et de prévention chez les volailles et autres oiseaux captifs).

Des cas d’IAHP ont été découverts aux Pays-Bas, en Allemagne, au Danemark, en Irlande et au Royaume-Uni, dans un couloir de migration des oiseaux sauvages, en amont de la France. Les virus détectés correspondent à ceux qui circulent actuellement en Russie et au Kazakhstan. Un cas vient d’être confirmé sur des volailles, en Haute-Corse.

Après avoir été instauré dans 46 départements dont la Marne, le risque IAHP est désormais qualifié au niveau « élevé » sur l’ensemble du territoire métropolitain français (cf. arrêté ministériel du 16/11 /2020 sus-cité).

Cela signifie que tous les détenteurs marnais doivent enfermer leurs oiseaux

1. Cas des éleveurs professionnels
Des dérogations à l’enfermement des oiseaux peuvent être accordées sous conditions, aux éleveurs professionnels.

2. Cas des particuliers entretenant une basse-cour
Les particuliers entretenant une basse-cour sont dans l’obligation de rentrer en bâtiment ou de placer sous filet, leurs oiseaux, sans dérogation possible.

Limiter le risque d’extension de la maladie sur le territoire permet de régionaliser les restrictions sanitaires qui résultent de sa présence. Il importe de préserver autant que possible la filière avicole marnaise.

Publié le