Restrictions, vaccination, dépistages…, les principales annonces de la conférence de Jean Castex

Selon le journal Le monde avec AFP

publié le 7 janvier 2021 à 20h51, mis à jour à 21h40 

Le premier ministre, Jean Castex, et le ministre de la santé, Olivier Véran, au cours de leur conférence de presse commune, le jeudi 7 janvier, à Paris.

« Ne pas baisser la garde » et accélérer le déploiement de la vaccination. Le premier ministre a fait le point sur la stratégie du gouvernement pour lutter contre l’épidémie.

« Retrouver une dynamique de baisse. » Le premier ministre, Jean Castex, a souhaité fixer un cap et rappeler la population à la plus grande vigilance, lors d’une conférence de presse, jeudi 7 janvier, promettant tout de même que « 2021 sera l’année de l’espérance ». Alors que les contaminations restent à un niveau élevé en France (plus de 21 000 nouveaux ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon les données de Santé publique France jeudi) et que le variant du SARS-CoV-2 apparu en Grande-Bretagne inquiète, le chef du gouvernement a aussi tenu à rassurer sur le rythme du déploiement de la campagne de vaccination, particulièrement critiqué.

Prolongation du couvre-feu, cinémas et restaurants fermés au moins jusqu’à la fin janvier

M. Castex a déclaré dès le début de son intervention que la situation sanitaire imposait de prolonger toutes les fermetures déjà en vigueur.

« Toutes les activités, tous les établissements, tous les équipements qui sont aujourd’hui fermés le resteront encore jusqu’à la fin de ce mois. (…) Les musées, les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle, les équipements sportifs ou de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent aucun assouplissement. »

Il a donné rendez-vous le 20 janvier au monde de la culture pour faire un point sur les réouvertures possibles à partir de début février. Les bars et restaurants resteront fermés au moins jusqu’à la mi-février.

Le couvre-feu restera donc maintenu jusqu’au 20 janvier et M. Castex a fait savoir que dix départements supplémentaires, « plutôt dans l’est de la France », pourraient mettre en place un couvre-feu avancé à 18 heures à partir de dimanche, comme c’est déjà le cas dans quinze départements du pays.

Le premier ministre n’a pas donné la liste des territoires, déléguant aux préfets la gestion de la négociation avec les collectivités locales, et a repoussé une annonce plus détaillée à vendredi 8 janvier au soir.

Un million de Français vaccinés d’ici à la fin janvier

Qualifiée de « principale source d’espoir pour sortir de cette crise », l’arrivée de vaccins contre le Covid-19 a été abondamment évoquée par le premier ministre. Alors que les critiques fusent contre les lenteurs de la campagne de vaccination en France, M. Castex a justifié le « décalage » avec nos voisins européens : « Il s’explique par notre choix de respecter les principes et [les] priorités qui ont été fixés par la Haute Autorité de santé ». 

Parmi ces priorités, il y a celle qui est donnée aux « 15 millions de personnes âgées et souffrant de pathologies chroniques ». Le premier ministre a également rappelé que le calendrier de la campagne avait été décidé en concertation avec les professionnels de santé et détaillé devant le Parlement en décembre.

Après les justifications, le premier ministre a néanmoins promis de l’action : procédures simplifiées et cadence des injections accélérée, dans la ligne des demandes du président, Emmanuel Macron. Le nombre de centre de vaccination, actuellement de cent, doit passer à trois cents lundi prochain et à six cents avant la fin du mois.

Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner « à partir du lundi 18 janvier », a dit M. Castex. Ils pourront prendre rendez-vous à partir du 14 janvier. « Chaque jour, nous publierons le nombre de vaccinations quotidiennes et cumulées »,a assuré le ministre de la santé, Olivier Véran, visant l’objectif d’« au moins un million » de Français vaccinés d’ici à fin du mois. Sur les cinq derniers jours, 45 000 personnes ont été vaccinées.

M. Véran a fait le point sur les commandes de sérum passées par le pays. La France disposerait actuellement de 1 046 000 doses du vaccin de Pfizer-BioNTech (qui nécessite deux injections) et devrait en recevoir 500 000 de plus chaque semaine jusqu’à la fin du mois.

Au rang des nouveautés concernant la prise en charge des personnes contaminées par le Covid-19, M. Castex a présenté brièvement un nouveau dispositif. A compter du 10 janvier, « pour gagner en efficacité », une personne ayant des symptômes ou étant cas contact pourra s’inscrire sur le site de l’Assurance-maladie pour obtenir un arrêt de travail « immédiat » indemnisé sans jour de carence. Une visite à domicile d’un infirmier sera également proposée.

Autosatisfecit sur les dépistages

Alors que le faisceau des critiques s’est déplacé sur la campagne de vaccination, le premier ministre a tenu à souligner la qualité du dépistage en France, qui fut également l’objet de polémique à l’automne.

M. Castex, qui a rappelé que la France était le seul pays d’Europe à proposer l’entière gratuité sur les tests, s’est félicité de la montée en puissance progressive du dépistage : « Notre dispositif était calibré en mai dernier pour 700 000 tests par semaine, nous l’avons porté à un million par semaine en septembre, 2 millions en novembre et, pendant la semaine précédant Noël, nous avons réalisé 3 millions et demi de tests sans augmentation des délais d’attente. C’est plus que tout autre pays en Europe. »

Publié le