POUR UN USAGE RAISONNÉ DES ÉCRANS PAR LES ENFANTS ET LES JEUNES – PLAN D’ACTIONS

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a été saisi par le ministère des Solidarités et de la Santé pour établir une synthèse des connaissances disponibles et proposer des recommandations relatives à l’usage des écrans par les enfants et les jeunes. Le présent plan qui découle directement des recommandations du HCSP2 vise à promouvoir un usage raisonné et raisonnable des écrans au quotidien.

Le plan d’actions considère qu’il est primordial de réguler leurs usages. Il s’agit notamment de faire en sorte que ces derniers ne diminuent pas les interactions sociales ou la pratique de l’activité physique, qu’ils n’incitent pas à la haine et à la violence, et qu’ils n’entrainent pas une exposition précoce des enfants à la pornographie.

S’il est indiscutable que la limitation du temps passé devant les écrans permet de réduire certaines conséquences physiques et physiologiques, il est aussi crucial de promouvoir l’information, l’éducation, et l’accompagnement des enfants, afin qu’ils choisissent en toute connaissance de cause les contenus qu’ils vont consulter, qu’ils comprennent ce qu’ils voient, et apprennent à utiliser les écrans en tant que support, dans des temps et lieux appropriés.

Le plan d’actions pour un usage raisonné des écrans par les enfants et les jeunes résulte d’une démarche partenariale entre le ministre des Solidarités et de la Santé, le secrétaire d’État en charge de l’Enfance et des Familles, le ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), la Délégation à la sécurité routière, Santé publique France, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) et en collaboration avec l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), le Conseil national du numérique (CNNum) et la Défenseure des droits.

Cette démarche s’articule avec d’autres stratégies ou programmes gouvernementaux visant à améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population française, comme le plan priorité prévention, le programme national nutrition santé 2019-2023 (PNNS 4), le plan national de
mobilisation contre les addictions 2018-2022, ou la stratégie nationale sport santé (SNSS) 2019-2024.

En outre, le fonds de lutte contre les addictions pourra désormais financer des actions visant à la prévention des addictions sans substances, dont les écrans.

Laissez-nous votre commentaire

%d blogueurs aiment cette page :