Eau potable : Bilans annuels « qualité » établis chaque année par l’Agence régionale de santé (ARS)

Pour consulter un document cliquer sur son intitulé

Le périmètre de protection de la ressource en eau

Vous pouvez prendre connaissance des dossiers établis lors de la définition du périmètre de protection de la ressource en eau en suivant les liens ci-dessous.

Pour consulter un document cliquer sur son intitulé

Consulter les analyses

Consulter les dernières analyses en suivant le lien ci-dessous sur le site du Ministère de la Santé.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-6-1024x143.png

Notre analyse des résultats 2020

Plusieurs analyses de l’année 2020 font ressortir un taux de nitrates supérieur à la limite autorisée de 50mg/l impliquant des restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nourrissons. L’interdiction de consommation pour l’ensemble de la population est conditionnée à un taux supérieur à 100 mg/l.
Si des taux supérieurs à 50 mg/l étaient récurrents avant 2006, cette situation ne s’était point produite depuis cette date. Les taux constatés cette année 2020 montrent une poussée mais semblent, à la vue de la dernière analyse de 2020 revenir progressivement à la normale, dernier taux constaté 52,85 mg/l.

Notre analyse des résultats 2021

L’analyse de janvier 2021, montre effectivement un retour à une situation plus normale, le taux reste élevé 48,3 mg/L mais il est repassé en dessous de de la limite autorisée est la conclusion de l’Ars quant à la qualité de l’eau est « Eau d’alimentation conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés. ». L’analyse de mars 2021 constate une nouvelle aggravation du taux puisque celui-ci est passé à 62,9 mg/l, il est donc nécessaire d’en déterminer la cause, une étude est en cours selon la mairie.

Les différents rapports établis lors de la détermination du périmètre de protection ont tenu compte de la sensibilité de la ressource en eau aux nitrates, et l’arrêté préfectoral ne prévoit une action que si la situation anormale s’aggrave et perdure.

La détection de bactéries non préjudiciable à la santé dans la dernière analyse 2020, nous indique un apport en chlore insuffisant. Ce chlore est injecté dans le réseau d’eau potable par une pompe à javel, il semble nécessaire d’en augmenter le débit afin d’atteindre un résiduel en chlore de 0,3 mg/l sur l’ensemble du réseau.

L’analyse du prélèvement du 20 septembre 2021 relève une qualité d’eau NON CONFORME aux limites de qualité microbiologiques.
Quarante-neuf UFC de COLIFORMES TOTAUX et cinq UFC d’ESCHERICHIA COLI ont été détectés dans 100 ml d’eau.
Il est nécessaire de s’assurer du bon fonctionnement des installations de production, de traitement et de distribution d’eau, de vérifier l’environnement du captage, de procéder si besoin à un nettoyage du ou des réservoirs, de purger les canalisations et de maintenir un résiduel de chlore de 0,3 mg/l sur l’ensemble du réseau.
Un nouveau contrôle sera effectué par le laboratoire agréé afin de vérifier l’évolution de la situation et l’efficacité des mesures mises en œuvre.
Par ailleurs, il a été mesuré une teneur en nitrate supérieure à la limite de qualité fixée à 50 mg/l.
Dans l’attente de ces résultats, l’eau reste consommable sans restriction à l’exception des femmes enceintes et des nourrissons.

Commentaires sur cette analyse
1 : Nitrates :

Si des taux supérieurs à 50 mg/l étaient récurrents avant 2006, cette situation ne s’était pas produite depuis cette date jusqu’en 2020 où les taux constatés ont dépassé la norme de 50 mg/L.

L’analyse de janvier 2021 montre un retour à une situation plus normale, le taux reste élevé 48,3 mg/L mais il est repassé en dessous de de la limite autorisée est la conclusion de l’Ars quant à la qualité de l’eau est « Eau d’alimentation conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés. ». L’analyse de mars 2021 constate une nouvelle aggravation du taux puisque celui-ci est passé à 62,9 mg/l. Depuis la situation ne s’est pas améliorée.

Le conseil municipal par la délibération n° 20201120-DE-32 « Lancement d’une étude AAC » décide de lancer une étude

2 : Quarante-neuf UFC de COLIFORMES TOTAUX et cinq UFC d’ESCHERICHIA COLI détectées dans 100 ml d’eau.

Par délibération n°20210412-DE-20 « Convention de service Veolia », le conseil municipal adopte par 6 voix pour, 2 contre et 3 abstentions la convention d’assistance technique à l’exploitation proposée par Veolia pour 3 300 € HT de redevance annuelle soit 3 960 € TTC pour :

  • Vérifier les installations et en particulier le suivi de la pompe à Javel dont son alimentation en javel
  • Relever le compteur général de l’eau.
  • Exercer une abstreinte continue, sachant que les réparations des pannes ou fuite d’eau sur le réseau relève de cette astreinte mais le coût d’intervention est à la charge de la commune et non compris dans la prestation.

Lors de la séance du conseil municipal du 12 avril 2021, nous avons alerté le maire et le conseil municipal qu’en 2014 la commune avait souscrit cette même convention avec Veolia et que nous l’avions dénoncée fin décembre 2016 considérant que la prestation de Veolia n’était pas satisfaisante et que le coût demandé était disproportionné à la prestation fournie :

  • Relevé du compteur général de prélèvement d’eau mensuel de façon irrégulière sans vérifier son fonctionnement.
  • L’alimentation et le suivi de la pompe à javel était aléatoire et le maintien d’un résiduel de chlore de 0,3 mg/l rarement respecté
  • Nous avions eu recours à l’astreinte qu’une fois en trois ans.

Quant à l’évolution du taux de chlore, redevenu normal après avoir eu connaissance des analyses, il correspond à un apport en chlore dans le réseau ce qui est la moindre des actions que pouvait entreprendre le prestataire.

Lors de la séance du conseil municipal du 10 septembre 2021, ainsi que dans le compte-rendu de séance Madame le maire précise que :

La société VEOLIA respecte bien le contrat et passe régulièrement (1 fois par mois) pour effectuer les vérifications du distributeur de javel ainsi que diverses analyses. Le nettoyage de la cuve du château d’eau sera effectué avant décembre »

Les résultats d’analyse de la qualité de l’eau potable au 20 septembre 2021, démentent cette affirmation.

Nous souhaitons que cette anomalie ne se reproduise plus, mais nous continuons à penser que c’était une erreur de confier l’assistance technique de l’exploitation du service de l’eau à un prestataire qui n’avait pas convaincu lors d’une précédente prestation, que le coût est bien trop élevé par rapport au service rendu et qu’il va peser sur la section d’exploitation de notre budget de l’eau voire sur le prix de l’eau.