Eau potable : Bilans annuels “qualité” établis chaque année par l’Agence régionale de santé (ARS)

Pour consulter un document cliquer sur son intitulé

Le périmètre de protection de la ressource en eau

Vous pouvez prendre connaissance des dossiers établis lors de la définition du périmètre de protection de la ressource en eau en suivant les liens ci-dessous.

Pour consulter un document cliquer sur son intitulé

Consulter les analyses

Consulter les dernières analyses en suivant le lien ci-dessous sur le site du Ministère de la Santé.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-6-1024x143.png

Notre analyse des résultats

Plusieurs analyses de l’année 2020 font ressortir un taux de nitrates supérieur à la limite autorisée de 50mg/l impliquant des restrictions de consommation pour les femmes enceintes et les nourrissons. L’interdiction de consommation pour l’ensemble de la population est conditionnée à un taux supérieur à 100 mg/l.
Si des taux supérieurs à 50 mg/l étaient récurrents avant 2006, cette situation ne s’était point produite depuis cette date. Les taux constatés cette année 2020 montrent une poussée mais semblent, à la vue de la dernière analyse de 2020 revenir progressivement à la normale, dernier taux constaté 52,85 mg/l.

L’analyse de janvier 2021, montre effectivement un retour à une situation plus normale, le taux reste élevé 48,3 mg/L mais il est repassé en dessous de de la limite autorisée est la conclusion de l’Ars quant à la qualité de l’eau est “Eau d’alimentation conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l’ensemble des paramètres mesurés.”.

Les différents rapports établis lors de la détermination du périmètre de protection ont tenu compte de la sensibilité de la ressource en eau aux nitrates, et l’arrêté préfectoral ne prévoit une action que si la situation anormale s’aggrave et perdure.

La détection de bactéries non préjudiciable à la santé dans la dernière analyse 2020, nous indique un apport en chlore insuffisant. Ce chlore est injecté dans le réseau d’eau potable par une pompe à javel, il semble nécessaire d’en augmenter le débit afin d’atteindre un résiduel en chlore de 0,3 mg/l sur l’ensemble du réseau.